» My Speechs

Speechs
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 WAR : Wade Barrett vs Bryan Danielson (c)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syl'20



Messages : 108
Date d'inscription : 25/09/2010

MessageSujet: WAR : Wade Barrett vs Bryan Danielson (c)   Dim 7 Nov - 0:55

La WAR, ce n’est pas une histoire de guerre uniquement. La détente est essentiel afin que les soldats soient au top de leur forme lorsque vient le moment d’en découdre avec l’ennemie. C’est une notion qu’on parfaitement compris deux membres de la Nation. Les challengeurs pour les titres par équipe, les deux anglais de la Nation, j’ai nommé Wade Barrett et Paul Burchill. Ainsi, on se retrouve à la sortie d’un bar près du Wisconsin avec les deux lutteurs.



Paul Burchill - Profite Wade, ça faisait pas mal de temps que les autres membres de la Nation ne t’avait pas vu.

Wade Barrett - Il est vrai, que j’avais pas mal de chose sur le feu.

Paul Burchill - Plus importante que de défendre la Nation ?

Les deux membres de la Nation sourissent, puis continue de marcher dans les rues de Green Bay, la ville natal de Ken Anderson.

Paul Burchill - Qu’est - ce qui t’a donc, tant préoccupé pendant ces derniers jours.

Wade Barrett - Un grand nombre de chose Paul, un grand nombre.

Paul Burchill - Comme ?

Wade Barrett - La situation de la Nation à la WAR. Le revers que nous avons subi lors du précédent show. Notre match de championnat à venir et enfin l’homme que j’affronterai au prochain Frontline, Bryan Danielson.

Paul Burchill - La situation de la WAR est plutôt mitigé...

Wade Barrett - En effet, et notre cuisant revers que nous avons encaissé la semaine dernière n’arrange en rien notre situation. Le doute subsiste au sein des têtes. Il y a de ça quelque semaine, nous étions fort, voir invincible. Puis est venu ce fameux revers contre les membres du Committe. Notre confiance quoi qu’un peu entaché, était tout de même à son maximum. Enfin est venu ce revers face au champion de la WAR. Qui fut à la fois le plus humiliant et le plus frappant que nous ayons connu pour le moment.

Paul Burchill - Nom d’un barbaresque… Ne me dis pas que tu commences à douter là ?

Wade Barrett - Loin de là. Je fais juste un constat de notre situation.

Paul Burchill - Et quelle est ta conclusion finale ?

Wade Barrett - J’en ai tiré, que nous ne pouvons chuté plus bas. Nous avons perdu lors de Reconnaissance, et alors ? N’avons-nous pas démontré ce que nous valons réellement ? N’avons-nous pas bluffé l’univers de la WAR par notre performance lors de Reconnaissance ? De part ce match, nous avons prouvé que nous étions à la fois un groupe soudé et, des individualités rempli de talent ? Qui peut prétendre avoir réalisé cet exploit ? Personne excepté les membres de la Nation. Qui peut prétendre avoir tenu tête au Committe ? A la WAR toute entière ? Personne excepté les membres de la Nation. Nous avons perdu, et nous ne pouvons désormais rien faire à cela. Il n’en reste pas moins que nous sommes les lutteurs à craindre. Nous sommes devenus beaucoup plus important que des lutteurs tel que Carlito, Rhino, Triple H. Nous avons dépassé et, de loin chacun de ces lutteurs. Kenneth lui-même ne peut pas nous contredire. La Nation est en train d’écrire une nouvelle page de la lutte mondiale.



Paul Burchill - Sans nous, la WAR serait une écoute sans corde !

Wade Barrett - L’alcool ne te réussit pas, décidément.

En effet Paul commence à marcher différemment. D’une manière plus spécial on peut dire. L’alcool commence à faire son effet. Ils continuent malgré tout de marcher dans les rues de Green Bay.

Wade Barrett - La WAR nous avez sous estimé et cela dès nos début et pourtant. A Chemical Warfare, la Nation a encore l’occasion de marquer un grand coup. Kenneth nous a, et nous sous estimé comme jamais. Il a eu tord. Il pense que la défaite face au Committe nous a affaibli ou démoralisé pour la suite. Il a tord. Il pense qu’aucun membre de la Nation ne peut devenir champion. Il aura tord. La défaite subite à Reconnaissance n’était qu’une bataille sur une longue guerre que nous allons remporter. Chemical Warfare sera une autre bataille, qu’à l’inverse Reconnaissance nous allons remporter. Chaque membre de la Nation repartira champion. Au plus grand dépit d’un Ken Anderson qui aura, pour une fois, tord aux yeux du monde entier. Tout le monde, pense de nous que nous sommes en soi, incapable de battre les champions actuels ? Ils ont tord. L’ultime bataille n’aura lieu qu’à Chemical Warfare, mais le combat commence au prochain Frontline. Lorsque moi, Wade Barrett, je ferai face et riverai les épaules, jusqu’au compte de trois, du champion Continental qu’est Bryan Danielson.


Paul Burchill - C’est pas n’importe *hic* qui ce Bryan Danielson. Il est comme même *hic* invaincu le bougre.

Wade Barrett - Et alors ? N’en reste - il pas un adversaire comme les autres ? Bryan Danielson n’en reste il pas moins un lutteur comme les autres ? A ces deux questions la réponse reste oui. Avant la WAR, Bryan Danielson n’était rien. Pendant que des hommes comme toi et moi, tentions de nous affirmer à la défunt Nation of Wrestling, en compagnie des meilleurs lutteurs que la lutte professionnel n’est connu, que faisait Bryan Danielson ? Ah oui. Il stagnait au même niveau à la ROH. Bryan Danielson a perdu son temps dans cette fédération. Pendant que moi, je participais au Main - Event de South Africa Slambore, ou était Bryan Danielson ? A la ROH. Si Bryan Danielson n’a pas tenté sa chance à la Nation, c’est parce qu’il savait parfaitement qu’il n’y avait pas sa place. Qu’il n’y aurait aucune chance qu’il puisse y percer, comme il perce actuellement à la WAR. C’est un choix à la fois intelligent et judicieux de sa part. Il n’a pas de passé pour lui. Il débute avec un capital confiance à son maximum. Il remporte chacun de ces matchs, mais contre qui ?

Paul Burchill - Des lutteurs parmi tant d'autre



Wade Barrett - Exactement, des lutteurs que l'on appelle communément : no names, pseudo - lutteurs, ou nobody. Et à ce sujet là, la liste est longue. Davey Richard ? N’est - ce pas ce même lutteur qui prétend être le meilleur lutteur au monde, mais qui se retrouve à la Wisconsin Academy de part les défaites qu’il accumulait ? Kurt Angle ? Soit une l’ombre d’un lutteur qu’à complètement été dépassé par l’échec d’une équipe qu’il menait à No Freedom 2010. Desmond Wolfe ? Unknow. The Brian Kendrick ? Unknow. Pour devenir le lutteur montant qu’est Bryan, il a fallu que ce dernier fait face à quatre catcheurs qu’étaient en total perdition. Est - ce que Bryan a t -il affronté dans la même soirée The Rock ? Non. James Storm ? Non. Rhino ? Non. Affronter et battre des no - names d’une fédération, c’est assez facile en soi. Affronter un lutteur confirmé et qui sait à quoi s’attendre, c’est autre chose. La tâche pour Bryan sera beaucoup plus ardue à mon sujet. Pourquoi ? Parce que je ne fais pas parti de cette catégorie de lutteurs. Je suis un niveau au dessus de chacun de ces lutteurs. Kenneth lui - même la reconnu. Il m'a décrit en ces termes : Je suis prometteur et je serai un futur champion. Si Bryan pensait me vaincre avec la même facilité, qu'il a battu tout ces autres lutteurs, son plan va échoué.

Paul Burchill - VIVE LA NATION ! *hic* VIVE LA NATION !

Wade Barrett - Tu vas vraiment mal, tu devrais te reposer, ne serait - ce qu'un tout petit peu.

Paul Burchill - Après une victoire comme celle - ci contre Taijiri, et ma futur victoire contre un autre champion de cette fédération ? Hors de question. Tu devrais en faire de même Wade, nom d’un marche pied.

Wade aide son ami Paul qui a de plus en plus de mal à marcher. Le camp de la Nation n’est plus très loin. La discussion se poursuit entre les anglais.

Paul Burchill - Ne t’inquiète pas mon ami. La gloire sera aussi avec toi.

Wade Barrett - J’y compte bien. J’ai cette occasion à ne pas louper.

Paul Burchill - Laquelle ?

Wade Barrett - L’alcool et toi ne font pas de bonne chose. Ma rencontre face à Bryan Danielson.

Paul Burchill - C’est vrai, j’ai quelque peu forcé, mais de là à ne pas m’en souvenir d’une chose, ce n’est pas digne d’un pirate. Et en quoi ce match serait - il une occasion ?

Wade Barrett - De confirmer les dits de Kenneth. De prouver ce que je vaux individuellement. Chacun des membres de la Nation a pu se montrer à son avantage sauf moi. John Morrison affronte à chaque show les grands noms de cette fédération. Drew, quant à lui, s’affirme de plus en plus. Quant à toi, tu as vaincu un ancien champion continental, en la personne de Carlito.

Paul Burchill - Oui ! J’ai vaincu cette charogne, alors qu’il avait encore le titre !

Wade Barrett - Avant de ce l’être fait littéralement volé par Bryan Danielson. Un titre que Bryan a acquis par pur coïncidence. L’histoire révèle que Bryan ne mérite en aucun cas ce titre. Pourquoi ? Il s’avère que Rey Mysterio Jr était le premier choix du Committe. Cependant Carlito, lors de la deuxième édition de Frontline, ayant mis dans un sal état Rey Mysterio Jr, ce dernier fut dans l’incapacité de disputer la rencontre prévu pour le championnat Continental. Qui s’est présenté à ce moment là ? Bryan Danielson. Pourquoi l’a t - on choisi ? Il faut croire que la facon, dont il s’est débarrassé de ces deux unknown a fortement impressionné le Committé qu’à privilégié quelqu’un qu’elle ne connaissait qu’a travers sa carrière à la ROH. Qu’une personne comme l’éventreur de pirate qui contrairement à Bryan, a vaincu le champion Continental à la régulière. Et on ose dire de ce lutteur là, qu’il est le meilleur au monde ? Je répondrai à cette offense que l’on fait au monde de la lutte. Que le meilleur au monde ne peut pas être un opportuniste. L’univers de la lutte, lui-même la vu. Bryan Danielson ne devrait pas porter cette ceinture qu’il actuellement sur les épaules depuis désormais un certain moment. Bryan Danielson n’a pas battu Carlito. Le meilleur lutteur au monde ne devrait pas être champion. Son couronnement est une rencontre de circonstance de chose qu’il lui ont profité et ont contribuer à faire de lui, un champion qui déshonore et décribilise totalement la WAR.

Paul Burchill - Je le jure sur mon espingole, à Chemical Warfare, j’deviendrai champion de toute façon *hic* ainsi que la Nation *hic* entière !

Wade Barrett - Oui nous le deviendrons, ce qui ne sera malheureusement pas le cas pour Bryan Danielson qui se fera littéralement détruire par Drew.

Paul Burchill - C’est comme même un lutteur *hic* énorme hein ?



Wade Barrett - C’est vrai on ne peut le nié que c’est un lutteur tout simplement énorme, avec des qualités techniques énormes et une prise de soumission que tout le monde connait. Le Lebell Lock. C’est avec cette même prise qu’il a volé Carlito. C’est avec cette même prise qu’il a fait abandonné Shelton Benjamin. A croire que Bryan ne s’en remet qu’à cette soumission. Des matchs qu’a disputé Bryan Danielson, il s’en est toujours remit à cette prise comme moyen de victoire. Il n’a jamais finit ces matchs par le tombé final, mais bien par cette technique qu’il l’a souvent tiré d’affaire. Lors de son dernier match, alors que Shelton dominait totalement le sujet en fin de match, qu’a utilisé Bryan Danielson pour s’en sortir ? Son Lebell Lock. A Reconaissance face à Carlito ? Son Lebell Lock. Bryan Danielson se trouve à chaque fois dans l’obligation de soumettre ses adversaires. Chaque situation montrait que Bryan Danielson se trouvait dans une situation assez désavantageuse pour lui et en un coup de chance il a réussi à retourner la situation à son avantage grâce à son fameux «  Lebell Lock. ». Qu’est - ce que cela démontre ? L’incapacité de me battre sans soumission. L’incapacité de me battre sans utiliser son fameux Lebell Lock.

Paul Burchill - Tu ne t’avancerais pas un peu trop rapidement là ?

Wade Barrett - Ce n’est qu’un constat. Bryan remporte le match qui lui donne le droit à un match de championnat grâce à quel prise ? Son Lebell Lock. Bryan Danielson remporte son titre grâce à quel prise ? Son Lebell Lock. Bryan remporte son seul match, que l’on peut caractériser comme grand match, grâce à quel prise ? Son Lebell Lock. Empêcher Bryan Danielson de porter cette prise, c’est couper les ailes à un oiseau. J’ai parfaitement compris le jeu de Danielson, et je suis désormais en mesure de le vaincre.

Paul Burchill - Et de quel manière ?

Wade Barrett - Etre plus rapide, sournois et plus intelligent que lui, seront des qualités nécessaires dont j’aurai besoin pour faire ce que personne n’a fait : Vaincre Bryan Danielson ainsi qu'il ne me passe pas ce qu'il a pour le moment assez bien : Make me tap out.

Paul Burchill - C’est bizarre comme même. Ce gars là ressemble plus à quelqu’un qui débarque de la Belle Ile en mer qu’autre chose et il enchaine les victoires.

Wade Barrett - L’habit ne fait pas le moine. Ce proverbe prend tout son sens avec lorsqu’on regarde Bryan Danielson. Derrière ce garcon qui n’a l’air de rien comme ça, se cache un lutteur avec des qualités énormes.

Paul Burchill - Dans un sens, oui.

Wade Barrett - C’est peut - être ça dans un sens qui fait sa force. Le fait que les adversaires qu’il ai eu, et cela malgré la renommé de ce gars là. Tout les grands matchs qu’il a pu faire à la ROH, à la PWG, ou encore à la New Japan Pro Wrestling, aucun de ces adversaires que ce soit The Brian Kendrick en passant par Carlito et Shelton, aucun n’a pris ce lutteur au sérieux. Et le pourquoi de cette question est simple. Une dégaine de fermier et un charisme en huitre pour le lutteur talentueux qu’est Bryan. C’est du gâchis, certes, mais qu’importe ? Rien ne sert de s’apitoyer sur le sort de Bryan. Il restera comme il est. Ma tâche est de ne pas reproduire l’erreur qu’on fait les précédents adversaires de Bryan : Ne pas le prendre au sérieux. L’exemple de Carlito est tout simplement frappant. Une semaine avant reconnaissance, Carlito insultait, frappait Bryan Danielson. La semaine qui suivait Danielson devenait champion. Contrairement à Carlito et tout ceux que Bryan a battu, je prends ce match très au sérieux à la fois Danielson et ce match çi. S’il n’y a pas le moindre enjeu, ne serait - ce briser sa série d’invincibilité qui commence à ce faire grande, ce match est un match à prendre comme les autres avec une motivation supplémentaire : Faire honneur à la Nation.

Paul Burchill - Il nous faut montrer que les membres de la Nation sont fort !

Wade Barrett - Et qu’ils sont des individualités remplis de talent... bien plus que la moitié des incapables qui remplissent la WAR !

Les deux lutteurs sont finalement arrivés au camp de la Nation. Wade aide toujours Paul à marcher. Ils s'arrêtent devant le camp regardant les gens défiler.

Paul Burchill - Si tu gagnes, on se refait une virée comme celle - ci, nom d’un tromblon !

Wade Barrett - Et si j’échoue ?

Paul Burchill - La question ne *hic* se pose pas. Il faut montrer à Kenneth qu’il a eu tord *hic* sur toute la ligne.

Wade Barrett - Il nous faut aussi lui montrer que nous valons beaucoup mieux que les nouveaux lutteurs tel que Bryan Danielson. S’il pense avoir fait le bon choix en nous négligeant au dépit de ces champions : Il va tout comprendre lorsque j’aurai vaincu le champion Continental . Il faut aussi que Bryan, ainsi que Kenneth comprennent que…



Wade Barrett - Le monde appartient à la Nation !

Les deux anglais rentrent finalement dans le camp de la Nation. On entend vomir Paul Burchill et Wade hurler quelque chose. La suite des évènements avec la victoire ou la défaite de Wade Barrett, c’est dans la cinquième édition de Frontline.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syl'20



Messages : 108
Date d'inscription : 25/09/2010

MessageSujet: Re: WAR : Wade Barrett vs Bryan Danielson (c)   Mer 17 Nov - 20:10

Défaite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
WAR : Wade Barrett vs Bryan Danielson (c)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wade Barrett vs Abyss
» Wade Barrett et C-A vs Bobby Lashley et Christian
» John Cena vs Wade Barrett
» le titre IC, Sheamus, l'avenir de Wade Barrett
» Wade Barrett

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» My Speechs :: Speechs De Seth'-
Sauter vers: